ACTAE AVOCATS - 14 Rue Jean GIONO 21000 DIJON                                                                                                                      Téléphone : 03 74 95 03 45
© ACTAE AVOCATS - AARPI TOUS DROITS RESERVES 2018

ACTUALITÉS

INFRACTIONS ROUTIERES ET PERSONNES MORALES

LA LOI CHANGE… CLIQUEZ SUR L’IMAGE POUR EN SAVOIR PLUS

PACTE D’ASSOCIES

Y AVEZ-VOUS PENSE ?

NON, TOUT VA BIEN  … POUR L’INSTANT

CLIQUEZ SUR L’IMAGE POUR EN SAVOIR PLUS.
INFO…LE DISPOSITIF DE CONFIDENTIALITE DES COMPTES ANNUELS Lors   de   la   clôture   de   chaque   exercice   annuel,   une société    commerciale    doit    obligatoirement    déposer ses   comptes   sociaux   au   registre   du   commerce   et   des sociétés   (RCS),   afin   d'en   garantir   la   transparence.   À réception    par    le    greffe,    les    comptes    annuels    font l'objet d'une publication au Bodacc. Les     micro-entreprises,     créées     sous     la     forme     de sociétés      commerciales,      ont      la      possibilité      de demander   que   leurs   comptes   annuels,   déposés   au registre   du   commerce   et   des   sociétés   (RCS)   auprès du   greffe   du   tribunal   de   commerce,   ne   soient   pas rendus publics. En   effet,   depuis   la   loi   2015-990   du   6   août   2015,   dite   « loi   Macron   »,   l'option   de   confidentialité   des   comptes annuels     est     ouverte     aux     micro-entreprises     (ne dépassant   pas   au   titre   du   dernier   exercice   clos,   et   sur une   base   annuelle,   deux   des   trois   seuils   suivants   : total   bilan   de   350   K€,   chiffre   d’affaires   net   de   700   K€ et 10 salariés) Cette   disposition   est   étendue   aux   petites   entreprises. Il   s’agit   des   entreprises   ne   dépassant   pas   au   titre   du dernier   exercice   clos,   et   sur   une   base   annuelle,   deux des   trois   seuils   suivants   :   total   bilan   de   4   M€,   chiffre d’affaires   net   de   8   M€   et   50   salariés)   peuvent   opter pour      que      leur      compte      de      résultat      demeure confidentiel (c. com. art. L. 232-25). Les   petites   entreprises   peuvent   demander,   lors   du dépôt   des   comptes   annuels   à   partir   du   7   août   2016, que le compte de résultat ne soit pas rendu public. Parallèlement,   cette   loi   a   allongé   la   liste   des   sociétés qui       ne       peuvent       bénéficier       de       l'option       de confidentialité.   Ainsi,   ni   les   entreprises   appartenant   à un groupe publiant des comptes consolidés,   ni   les   établissements   de   crédit   et   sociétés de     financement,     entreprises     d’assurance     et     de réassurance,    personnes    et    entités    dont    les    titres financiers sont admis aux négociations   sur   un   marché   réglementé   ou   qui   font appel   à   la   générosité   publique   ne   sont   concernés   par ce dispositif (c. com. art. L. 232-25 et L. 123-16-2). Il   faut   préciser   que   cette   confidentialité   ne   s’impose toutefois     pas     aux     administrations     publiques     qui conservent    un    accès    à    l’intégralité    du    registre    du commerce. Les autorités judiciaires,   les   autorités   administratives   et   la   Banque de    France    ont    donc    accès    aux    comptes    de    ces sociétés. Ainsi,    les    petites    sociétés    pourront    recourir    à    la confidentialité   de   leur   compte   de   résultat   pour   ceux afférents     aux     exercices     clos     à     compter     du     31 décembre    2015    et    déposés    à    compter    du    6    août 2016. Les   petites   entreprises   qui   ne   souhaitent   pas   rendre public   leur   compte   de   résultat   doivent   déposer   au greffe une déclaration de confidentialité spécifique.
© ACTAE AVOCATS - AARPI TOUS DROITS RESERVES 2018

INFRACTIONS ROUTIERES ET

LA LOI CHANGE… CLIQUEZ

NON, TOUT VA BIEN  … POUR

CLIQUEZ SUR L’IMAGE POUR
INFO…LE DISPOSITIF DE CONFIDENTIALITE DES COMPTES ANNUELS Lors   de   la   clôture   de   chaque   exercice   annuel,   une société    commerciale    doit    obligatoirement    déposer ses   comptes   sociaux   au   registre   du   commerce   et   des sociétés   (RCS),   afin   d'en   garantir   la   transparence.   À réception    par    le    greffe,    les    comptes    annuels    font l'objet d'une publication au Bodacc. Les     micro-entreprises,     créées     sous     la     forme     de sociétés      commerciales,      ont      la      possibilité      de demander   que   leurs   comptes   annuels,   déposés   au registre   du   commerce   et   des   sociétés   (RCS)   auprès   du greffe    du    tribunal    de    commerce,    ne    soient    pas rendus publics. En   effet,   depuis   la   loi   2015-990   du   6   août   2015,   dite   « loi   Macron   »,   l'option   de   confidentialité   des   comptes annuels     est     ouverte     aux     micro-entreprises     (ne dépassant   pas   au   titre   du   dernier   exercice   clos,   et   sur une   base   annuelle,   deux   des   trois   seuils   suivants   : total   bilan   de   350   K€,   chiffre   d’affaires   net   de   700   K€ et 10 salariés) Cette   disposition   est   étendue   aux   petites   entreprises. Il   s’agit   des   entreprises   ne   dépassant   pas   au   titre   du dernier   exercice   clos,   et   sur   une   base   annuelle,   deux des   trois   seuils   suivants   :   total   bilan   de   4   M€,   chiffre d’affaires   net   de   8   M€   et   50   salariés)   peuvent   opter pour      que      leur      compte      de      résultat      demeure confidentiel (c. com. art. L. 232-25). Les   petites   entreprises   peuvent   demander,   lors   du dépôt   des   comptes   annuels   à   partir   du   7   août   2016, que le compte de résultat ne soit pas rendu public. Parallèlement,   cette   loi   a   allongé   la   liste   des   sociétés qui       ne       peuvent       bénéficier       de       l'option       de confidentialité.   Ainsi,   ni   les   entreprises   appartenant   à un groupe publiant des comptes consolidés,   ni   les   établissements   de   crédit   et   sociétés de     financement,     entreprises     d’assurance     et     de réassurance,    personnes    et    entités    dont    les    titres financiers sont admis aux négociations   sur   un   marché   réglementé   ou   qui   font appel   à   la   générosité   publique   ne   sont   concernés   par ce dispositif (c. com. art. L. 232-25 et L. 123-16-2). Il   faut   préciser   que   cette   confidentialité   ne   s’impose toutefois     pas     aux     administrations     publiques     qui conservent    un    accès    à    l’intégralité    du    registre    du commerce. Les autorités judiciaires,   les   autorités   administratives   et   la   Banque de    France    ont    donc    accès    aux    comptes    de    ces sociétés. Ainsi,    les    petites    sociétés    pourront    recourir    à    la confidentialité   de   leur   compte   de   résultat   pour   ceux afférents     aux     exercices     clos     à     compter     du     31 décembre    2015    et    déposés    à    compter    du    6    août 2016. Les   petites   entreprises   qui   ne   souhaitent   pas   rendre public   leur   compte   de   résultat   doivent   déposer   au greffe une déclaration de confidentialité spécifique.